Documentation

NOTE : La liste des références citées n’est pas exhaustive. Si vous désirez inscrire une recherche pertinente à ce site, prière de le communiquer à info@pelf.ca. Il nous fera plaisir de donner suite à votre demande.



Principales recherches canadiennes en lien avec les conditions et concepts de la PELF

  • ALLARD, R. « Résistance(s) en milieu francophone minoritaire au Canada. Exploration théorique et analyse du phénomène à partir du vécu langagier et du développement psycholangagier  », Francophonies d'Amérique, no 13, 2002, p. 7-29.

    Dans cet article, l’auteur traite notamment de rapports intergroupes, de tensions, de stratégies identitaires et comportementales et de résistance à l’acculturation.

  • ALLARD, R., R. LANDRY et K. DEVEAU. « Et après le secondaire? Étude pancanadienne des aspirations éducationnelles et intentions de faire carrière dans leur communauté des élèves de 12e année d’écoles de langue française en situation minoritaire », [En ligne], 2009 (Consulté le 19 mars 2012).

    Cette étude pancanadienne porte sur les aspirations éducationnelles et les intentions de faire carrière dans leur communauté des élèves de 12e année d’écoles de langue française en situation minoritaire.

  • ALLARD, R., R. LANDRY et K. DEVEAU. « Conscientisation ethnolangagière et comportement engagé en milieu minoritaire », Francophonies d’Amérique, no 20, 2005, p. 95-109.

    Cet article a pour objet de définir et d’analyser des concepts tels que la conscience ethnolangagière critique, le comportement ethnolangagier engagé et le vécu ethnolangagier conscientisant et d'étudier leur relation avec la vitalité ethnolinguistique.

  • BASTARACHE, M. et DOUCET, M. Les droits linguistiques au Canada, 3e édition. Québec : Yvon Blais, 2014.

    « Cet ouvrage collectif se consacre aux droits linguistiques en tant qu'élément prédominant des droits des minorités. Le but est de présenter un exposé du droit en vigueur, accompagné d'une analyse contextuelle. » Cette troisième édition propose une mise à jour du droit dans ce domaine depuis 2004. Cet ouvrage aborde les droits linguistiques sous plusieurs angles, notamment sous l’angle des services publics dans les langues officielles et en matière d’éducation.

  • BEAUDIN, M. et É. FORGUES. « La migration des jeunes francophones en milieu rural : considérations socioéconomiques et démolinguistiques » Francophonies d'Amérique, no 22, 2006, p.185-207.

    Cet article présente une étude portant sur la migration des francophones vivant en contexte minoritaire au Nouveau-Brunswick, en Ontario et au Manitoba.

  • Behiels, M. La francophonie canadienne. Renouveau constitutionnel et gouvernance scolaire. Ottawa : Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2005.

    La francophonie canadienne se veut « un compte rendu exhaustif de la lutte pour le droit à l'éducation dans la langue de la minorité. Il décrit comment les minorités francophones ont obtenu, en s'appuyant sur la Charte canadienne des droits et libertés et avec l'aide de la Cour suprême et du gouvernement canadien, la pleine reconnaissance de leurs droits sur la gestion scolaire. »

  • BÉLANGER, N. et G. BEAULIEU. « Les partenariats école-communauté dans les écoles de langue française en Ontario », Éducation francophone en milieu minoritaire, vol. 4, no 1, 2009.

    Les partenariats entre des acteurs des écoles de langue française et ceux du milieu communautaire sont de plus en plus courants. Or, on ne sait que très peu à leur sujet. Cet article tente de mieux éclairer ce que signifie l’entreprise partenariale pour les acteurs scolaires.

  • BERNARD, R. « Les contradictions fondamentales de l'école minoritaire », Revue des sciences de l'éducation, vol. 23, no 3, 1997, p. 509-526.

    « Dans des conditions sociales et démographiques très défavorables, nous demandons à l'école minoritaire de réussir là où la famille et la communauté éprouvent d'énormes difficultés. L'analyse reprend l'argumentation qui conduit à faire de l'école un agent de vitalité ethnolinguistique, examine l'environnement social qui délimite les véritables pouvoirs de l'école, et fait ressortir les contradictions fondamentales qui guettent l'école qui se donne comme mission le changement social. Devant l'ampleur de l'assimilation linguistique, la profondeur de l'acculturation et l'étendue de l'effritement des communautés canadiennes-françaises minoritaires, les défis de culturation et de communalisation de l'école sont démesurés par rapport aux moyens habituellement mis à sa disposition pour les relever. »

  • Bernier, C., Laflamme, S. et Lafrenière, S. (2014). Dans quelle langue officielle s’expose-t-on aux médias en milieu minoritaire canadien? , dans La vie dans une langue officielle minoritaire au Canada, Rodrigue Landry (dir.). Montréal : Les Presses de l’Université Laval.

    Cet article fait état de l’importance des médias dans la reproduction des minorités linguistiques. Les auteurs y analysent notamment pour les deux groupes minoritaires au Canada leur rapport aux médias. L’attraction pour l’anglais se reconfirme tant pour le groupe minoritairement anglophone (au Québec) que pour la minorité francophone au Canada. Les médias étudiés dans cette étude comprennent la télévision, la radio, les livres, les journaux et l’Internet.

  • BOUDREAU, A., et L. DUBOIS. « Représentations, sécurité/insécurité linguistique », cité dans ROY, S. et P. DALLEY, dir. Francophonie, minorités et pédagogie, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2008, p. 145-175.

    Ce texte tiré d’un collectif qui réunit des réflexions pédagogiques sur la sociolinguistique et l’ethnographie selon une perspective canadienne, se présente en trois parties : une partie théorique autour de la production du savoir et de ses enjeux globaux en éducation des minorités; une partie centrée sur la recherche sociolinguistique qui s’intéresse aux conséquences en salle de classe et une partie qui présente quelques applications pédagogiques en terrain minoritaire.

  • BOUDREAU, Ronald, Christine DALLAIRE et Kenneth DEVEAU. L’appropriation culturelle des jeunes à l’école secondaire de langue française – Synthèse de l’enquête, Ottawa, Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2010.

    La série L’appropriation culturelle des jeunes à l’école secondaire francophone en milieu minoritaire examine cet âge particulier de la vie où des décisions et des choix importants déterminent souvent les conditions de vie à l’âge adulte. Ce document présente un résumé des divers volets du projet « Appropriation culturelle » et propose des pistes d’exploration et de solution.

  • BOUDREAU, R. Technologies + construction identitaire, Ottawa, Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2011.

    La présente enquête vise à mieux faire comprendre l’utilisation des technologies par les jeunes et à en circonscrire les aspects langagiers. Elle se divise en trois parties : le contexte de l’enquête, l’analyse quantitative des résultats et l’exploration de pistes d’intervention.

  • BUORS, P. et F. LENTZ. « Voix d'élèves sur l'apprentissage en français en milieu francophone minoritaire : de quelques incidences didactiques », Cahiers franco-canadiens de l'Ouest, vol. 21, no 1-2, 2009, p. 229-245.

    Depuis quelques années, les « voix des élèves » sont devenues, particulièrement au cycle secondaire, une source importante pour accroître la pertinence de l’intervention éducative en milieu scolaire (…) et pour étudier les pratiques langagières et identitaires des élèves qui fréquentent les écoles de langue française.

  • BUORS, P. et F. LENTZ. « Apprendre en français en milieu francophone minoritaire : se construire un pouvoir d’action », Québec français, no 154, p. 102-107.

    Les auteurs portent un regard critique sur les considérations curriculaires reliées au contexte francophone minoritaire.

  • BUORS, P. et F. LENTZ. « La programmation éducative en milieu francophone minoritaire : penser autrement pour agir différemment », cité dans ROCQUE, J., dir. La direction d’école et le leadership pédagogique en milieu minoritaire – considérations théoriques pour une pratique éclairée, Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface, 2011, p. 259-285.

    Cet article est tiré d’un recueil collectif qui traite de leadership pédagogique en contexte francophone minoritaire. Il discute de situations d’apprentissage qui donnent son plein sens à la pratique du français en contexte minoritaire francophone.

  • CORBEIL, J.-P. « L’exogamie et la vitalité ethnolinguistique des communautés francophones en situation minoritaire : Vécu langagier et trajectoires linguistiques », Francophonies d’Amérique, no 20, 2005, p. 37-49.

    La présente recherche explore quelques éléments spécifiques qui ont une influence sur le capital démographique des communautés francophones vivant en situation minoritaire : l'exogamie, les transferts linguistiques, le degré de transmission de la langue maternelle des parents francophones à leurs enfants et l'utilisation de la langue maternelle au foyer. En particulier, elle porte sur les couples dits exogames français- anglais vivant à l'extérieur du Québec.

  • CORMIER, M. « Finalités justes ou attentes démesurées? Le débat autour de l'école en milieu minoritaire », Francophonies d'Amérique, no 17, 2004, p. 55-63.

    L’auteure adopte la perspective de la minorité linguistique pour examiner certains enjeux qui lui sont propres.

  • CORMIER, M. La pédagogie en milieu minoritaire francophone : Une recension des écrits, Ottawa/Moncton, Fédération canadienne des enseignantes et enseignants/Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, 2005.

    Ce document expose les éléments de la pédagogie susceptibles de répondre aux besoins des écoles de langue française en contexte minoritaire. L’auteure décrit les réalités démographiques et historiques que vivent les communautés minoritaires. Elle décrit aussi les répercussions de ces réalités sur l’école et sur la salle de classe, ainsi que les attentes placées sur les enseignants et les enseignantes qui œuvrent dans les écoles francophones en contexte minoritaire.

  • CORMIER, M. « La pédagogie en milieu minoritaire francophone », cité dans ROCQUE, J. La direction d’école et le leadership pédagogique en milieu francophone minoritaire, Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface, 2010, p. 191-218.

    Cet article est tiré d’un recueil collectif qui traite de leadership pédagogique en contexte francophone minoritaire. Il se veut une mise à jour d’un article sur la pédagogie en contexte francophone minoritaire présenté en 2005 par la même auteure.

  • CORMIER, M. « Quand des élèves adolescents de milieux minoritaires ont l'occasion d'écouter des chansons francophones…  », Revue du Nouvel-Ontario, no 35-36, 2010-2011, p. 163-187.

    Dans cet article, l’auteure présente une recherche effectuée auprès d’élèves de dixième année du sud et du sud-est du Nouveau-Brunswick vivant en situation linguistique minoritaire. Ces élèves ont été exposés à une intervention pédagogique adaptée au contexte minoritaire.

  • CORMIER, M., D. PRUNEAU et L.P. RIVARD. « Améliorer les apprentissages en sciences en milieu francophone minoritaire : résultats de l’expérimentation d’un modèle pédagogique » Revue des sciences de l'éducation, 36 (2), 2010, p. 343-363.

    « Selon les postulats théoriques, les faibles résultats scolaires chez les populations linguistiques minoritaires s’expliqueraient par des facteurs socioculturels et économiques, on recommande donc une pédagogie qui composerait avec ces éléments. Dans le cadre de cette recherche, les auteurs ont créé et expérimenté un modèle pédagogique pour enseigner les sciences en milieu minoritaire tenant compte de ces facteurs. »

  • COTNAM, M. « Est-ce vraiment un "décrochage culturel"? Une analyse critique du concept de décrochage culturel à partir des écrits sur le choix scolaire des élèves en transition primaire-secondaire », Éducation francophone en milieu minoritaire, vol. 6, no 2, 2011, p. 50-69.

    « Plusieurs parents ayants-droit ne choisissent pas le système scolaire francophone pour leurs enfants. De plus, même lorsque ces parents optent pour l’école primaire francophone, un nombre important d’adolescents décident, seuls ou avec leur famille, de quitter le système francophone lors de la transition vers le secondaire. Depuis quelques décennies, plusieurs chercheurs et agents d’éducation ontariens qualifient ces jeunes de « décrocheurs culturels », un terme qui semble impliquer un rejet complet de la langue et de la culture française. En est-il vraiment ainsi? »

  • DALLAIRE, C. « La stabilité des discours identitaires et la représentation de la culture dans la reproduction de l'appartenance francophone chez les jeunes », Francophonies d'Amérique, no 26, 2008, p. 357-381.

    « Cet article vise à résumer la façon dont les participants aux Jeux de l'Acadie, aux Jeux franco-ontariens et aux Jeux francophones de l'Alberta ont tendance à se représenter leur identité et celle de leur communauté. La synthèse des discours, tantôt à prédominance généalogique, tantôt plutôt linguistique, que reprennent et recomposent les jeunes, permet de décrire les particularités discursives du caractère francophone des jeunes et de chacun des jeux, et de souligner quelques pistes de réflexion sur les conditions qui influencent la reproduction discursive de l'appartenance francophone chez les jeunes. »

  • DALLAIRE, C. L’appropriation culturelle des jeunes à l’école secondaire francophone en milieu minoritaire. Rapport d’analyse des entrevues de groupe, Ottawa, Fédération canadienne des enseignantes t des enseignants, 2009, 70 p.

    La série L’appropriation culturelle des jeunes à l’école secondaire francophone en milieu minoritaire examine cet âge particulier de la vie où des décisions et des choix importants déterminent souvent les conditions de vie à l’âge adulte. Ce document porte sur les résultats des entrevues de groupe menées en Nouvelle-Écosse et en Ontario.

  • DALLAIRE, C. « "Fier de qui on est… nous sommes francophones!" L'identité des jeunes aux Jeux franco-ontariens  », Francophonies d'Amérique, no 18, 2004, p. 127-147

    « Les Jeux franco-ontariens (JFO) constituent un lieu de production de l'identité francophone et deviennent, par conséquent, pour la chercheure un endroit tout à fait approprié pour étudier les manifestations de cette appartenance chez les jeunes minoritaires. »

  • DALLAIRE, C. et J. ROMA. « Entre la langue et la culture, l’identité francophone des jeunes en milieu minoritaire au Canada. Bilan des recherches », cité dans ALLARD, R., dir. Actes du colloque pancanadien sur la recherche en éducation en milieu francophone minoritaire : Bilan et prospectives, Moncton, Centre de recherche et de développement en éducation, et Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, 2003, p. 30-46.

    Le but de cette communication est de faire le bilan de la recherche sur l’identité francophone des jeunes en milieu minoritaire en portant une attention particulière au rôle des activités parascolaires et des loisirs dans la reproduction identitaire.

  • DALLEY, P. « Principes sociolinguistiques pour l’encadrement pédagogique », cité dans DALLEY, P. et S. ROY, dir. Francophonie, minorités et pédagogie. Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2008, 342. p.

    Ce collectif réunit des réflexions pédagogiques sur la sociolinguistique et l’ethnographie selon une perspective canadienne. L’ouvrage se présente en trois parties : une partie théorique autour de la production du savoir et de ses enjeux globaux en éducation des minorités; une partie centrée sur la recherche sociolinguistique qui s’intéresse aux conséquences en salle de classe et une partie qui présente quelques applications pédagogiques en terrain minoritaire.

  • DECI, E. et R.M. RYAN. « Overview of Self-Determination Theory: An organismic Dialectic Perspective », cité dans DECI, E. et R. RYAN, dir. Handbook of Self-Determination Research, New York, The University of Rochester Press, 2002, chap. 1, p. 3-33.

    Tiré d’un recueil collectif sur la théorie de l’autodétermination, cet article en fournit les origines et les fondements.

  • DEVEAU, K. Construction identitaire francophone en milieu minoritaire canadien : « Qui suis-je ? », « Que suis-je ? », Francophonies d'Amérique, no 26, 2008, p. 383-403.

    L’étude circonscrit en termes généraux la nature de l’identité ethnolinguistique individuelle, ce qui permet de définir plus exactement le phénomène de l’identité ethnolinguistique francophone.

  • DEVEAU, K. L’appropriation culturelle des jeunes à l’école secondaire francophone en milieu minoritaire. Résultats de l’enquête pancanadienne, Ottawa, Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2009.

    La série L’appropriation culturelle des jeunes à l’école secondaire francophone en milieu minoritaire examine cet âge particulier de la vie où des décisions et des choix importants déterminent souvent les conditions de vie à l’âge adulte. Ce document présente les résultats d’une enquête pancanadienne.

  • DEVEAU, K., R. ALLARD et R. LANDRY. « Engagement identitaire francophone en milieu minoritaire », cité dans THÉRIAULT, J.Y. A. GILBERT et L. CARDINAL, dir. L’espace francophone en milieu minoritaire au Canada : Nouveaux enjeux, nouvelles mobilisations, Montréal, Fides, 2008, p. 73-120.

    Cet article présente des fondements théoriques et des résultats de diverses recherches ayant trait à l’engagement identitaire en contexte francophone minoritaire.

  • DEVEAU, K. R. LANDRY et R. ALLARD. « Au-delà de l'autodéfinition. Composantes distinctes de l'identité ethnolinguistique ». Francophonies d'Amérique, no 20, 2005, p. 79-93.

    Les auteurs de cet article explorent le sens de l’identité ethnolinguistique à la lumière de leurs recherches empiriques. Ils en dégagent deux composantes distinctes et interreliées.

  • FARMER, D. « L’immigration francophone en contexte minoritaire : entre la démographie et l’identité », cité dans THÉRIAULT, J.Y., A. GILBERT et L. CARDINAL, dir. L’espace francophone en milieu minoritaire au Canada : Nouveaux enjeux, nouvelles mobilisations, Montréal, Fides, 2008, p. 121-159.

    Cet article traite des enjeux reliés à l’immigration francophone en contexte linguistique minoritaire au Canada. Le phénomène, vu par certains comme la réponse au déclin de la population de la communauté francophone, est présenté dans sa complexité.

  • FÉDÉRATION NATIONALE DES CONSEILS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Le printemps de l’éducation promis par l’article 23 de la charte canadienne des droits et libertés, document préparatoire au Sommet des intervenants et intervenantes en éducation dans la mise en œuvre de l’article 23 en milieu francophone minoritaire, Ottawa, FNCSF, juin 2005, 94 p.

    Ce document visait à préparer la tenue du Sommet des intervenants et des intervenantes en éducation dans la mise en œuvre de l’article 23 en milieu francophone minoritaire en juin 2005, dont le mandat était d’adopter un plan d’action concerté afin de compléter le système scolaire francophone.

  • FERRER, C. et R. ALLARD. « La pédagogie de la conscientisation et de l’engagement : pour une éducation à la citoyenneté démocratique dans une perspective planétaire / Première partie – Portrait de la réalité sociale et importance d’une éducation à la conscientisation critique et à l’engagement », Éducation et francophonie, vol. 30, no 2, automne 2002, p. 66-95.

    Dans cet article, « l'éducation à la citoyenneté démocratique dans une perspective planétaire (ÉCDPP) est définie comme cadre de la pédagogie de la conscientisation et de l'engagement (PCE). »

  • FERRER, C. et R. ALLARD. « La pédagogie de la conscientisation et de l’engagement : pour une éducation à la citoyenneté démocratique dans une perspective planétaire / Deuxième partie – La PCE : concepts de base, transversalité et objectifs, catégorisation des contenus, caractéristiques pédagogiques, obstacles et limites », Éducation et francophonie, vol. 30, no 2, automne 2002, p. 96-134.

    Cet article « porte sur la définition et la description de la pédagogie de la conscientisation et de l'engagement proprement dite. Les termes « conscientisation », « engagement » et « PCE » y sont définis ainsi que la transversalité des objectifs et les critères de classification des contenus de conscientisation abordés. Suivent, une description des caractéristiques de la PCE, une analyse des obstacles à la conscientisation critique, les limites et les risques de la PCE ainsi que ses apports potentiels à la personne et à la société. »

  • FISHMAN, J. Reversing Language Shift: Theoretical and empirical foundations of assistance to threatened languages, Clevedon, Angleterre, Multilingual Matters, 1991, 431 p.

    Cet ouvrage Fondements théoriques et empiriques pour l’appui aux langues menacées.

  • FREIRE, P. Pédagogie des opprimés, Paris, Éditions Maspero, 1983.

    Cet ouvrage traite de lutte pour la libération des populations opprimées. La pratique d’alphabétisation de l’auteur l’amène à comprendre la place primordiale de la conscientisation comme préalable à toute action transformatrice. Il s’efforce donc de préciser les attitudes mentales et relationnelles qui obscurcissent ou qui éclairent la conscience personnelle et collective.

  • GAMBLE, J. « Pour une pédagogie de la coopération », Éducation et francophonie, vol. 30, no 2, 2002, p. 188-221.

    Le présent article examine certains thèmes liés à la pédagogie de la coopération : la coopération elle-même, la coopération en éducation et la pédagogie de la coopération telle que la préconise la pédagogie actualisante, la mise en pratique de la pédagogie de la coopération par les techniques de l’apprentissage coopératif, du conseil de coopération ou de l’assemblée de classe, et de la résolution des conflits par la non-violence, l’importance de la pédagogie de la coopération ainsi que les limites de cette pédagogie.

  • GÉRIN-LAJOIE, D. « Analyse comparative du rapport à l'identité chez les jeunes des communautés de langue officielle au Canada », Francophonies d'Amérique, no 30, 2010, p. 109 129.

    « L'article porte sur le discours des jeunes sur la question du rapport à l'identité et du sens d'appartenance au groupe, dans le contexte des minorités de langue officielle au Canada (…). Les résultats qui servent à la présente analyse sont tirés de deux études ethnographiques d'une durée de trois ans chacune portant sur le rapport à l'identité chez les jeunes fréquentant les écoles de langue anglaise au Québec et les écoles de langue française en Ontario. »

  • GÉRIN-LAJOIE, D. « Le discours du personnel enseignant sur leur travail en milieu scolaire francophone minoritaire  », Revue canadienne de l’éducation, vol. 33, no 2, 2010, p. 356-378.

    « Cet article s’intéresse à la façon dont le personnel enseignant (surtout en Ontario) qui œuvre en milieu francophone minoritaire conçoit son rôle auprès des élèves, en ce qui concerne plus spécifiquement la reproduction de la langue française et de la culture. »

  • GÉRIN-LAJOIE, D. Analyse des besoins en matière de perfectionnement professionnel pour les éducatrices et les éducateurs œuvrant en milieu francophone minoritaire canadien, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, 2004.

    La présente étude examine les besoins en termes de suivi aux stages de perfectionnement professionnel offerts par l’ACELF aux enseignantes et enseignants, aux membres des directions d’école, aux responsables en alphabétisation et aux éducatrices et éducateurs à la petite enfance qui œuvrent en milieu francophone minoritaire à travers le Canada.

  • GÉRIN-LAJOIE, D. « Le rôle du personnel enseignant dans le processus de reproduction linguistique et culturelle en milieu scolaire francophone en Ontario », Revue des sciences de l’éducation, vol. 28, no 1, 2002, p. 125-146.

    « Le présent article se veut une réflexion sur le travail enseignant dans les écoles de langue française en Ontario. »

  • GILBERT, A., S. LETOUZÉ, J.Y. THÉRIAULT et R. LANDRY. Le personnel enseignant face aux défis de l'enseignement en milieu minoritaire francophone – Rapport final de la recherche, Ottawa, Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités, Université d'Ottawa, Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques et Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2004.

    Ce document livre les principaux constats d’une recherche pancanadienne sur les défis des enseignantes et des enseignants qui œuvrent dans les écoles de langue française. Il propose de mettre en œuvre des stratégies en vue de répondre aux besoins les plus pressants et ainsi mieux accomplir la mission de l’école en milieu minoritaire francophone.

  • GILBERT, A, J.Y. Thériault et S. LETOUZÉ. Apprendre sa communauté, Ottawa, Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités, Université d’Ottawa, 2008.

    Trois fascicules bilingues de la série Apprendre sa communauté se penchent sur l’apport particulier des programmes d’études dans la construction de l’identité des jeunes francophones de nos écoles. FCE, services aux francophones, 2008.

  • GILES, H., R.Y. BOURHIS et D.M. TAYLOR. « Towards a Theory of Language in Ethnic Group Relations », cité dans GILES, H., dir. Language, Ethnicity and Intergroup Relations, New York, Academic Press, 1977, p. 307-348.

    Cet article fournit les fondements qui ont servi à décrire le concept de vitalité ethnolinguistique.

  • LAMOUREUX, S. A. et M. COTNAM (Dir.). Prendre sa place : parcours et trajectoires identitaires en Ontario français. Ottawa, Les Éditions David, 2012.

    Le rapport à l'identité linguistique est un thème fondamental dans les établissements scolaires de langue française en milieux minoritaires. Faisant écho à leurs préoccupations, cet ouvrage présente à la fois les récits identitaires de divers acteurs investis dans la cause de l'éducation en langue française en Ontario et les travaux de jeunes chercheurs en construction identitaire.

  • LANDRY, R. Petite enfance et autonomie culturelle, Là où le nombre le justifie…V, Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques et Commission nationale des parents francophones, 2010, 102 p.

    L’auteur fait état des tendances démographiques lourdes et analyse certaines données du recensement 2006. Il développe le concept de l’autonomie culturelle et présente le développement de la petite enfance comme le fondement de la vitalité des communautés francophones en contexte minoritaire.

  • LANDRY, R. Libérer le potentiel caché de l’exogamie : Profil démolinguistique des enfants des ayants droit francophones selon la structure familiale (Là où le nombre le justifie…IV), Moncton, Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, 2003, 44 p.

    Ce document trace un portrait des enjeux des parents ayants droit francophones au Canada, met en évidence certaines conclusions reliées au recensement de 2001 et propose des recommandations.

  • LANDRY, R. et R. ALLARD. « L’exogamie et le maintien de deux langues et de deux cultures : le rôle de la francité familioscolaire », Revue des sciences de l'éducation, vol. 23, no 3, 1997, p. 561 592.

    « Les auteurs comparent le vécu langagier et le développement psycholangagier, en français et en anglais, de deux groupes d'élèves du secondaire vivant en milieu minoritaire francophone; il s'agit d'élèves issus de familles exogames francophone-anglophone et d'élèves issus de couples endogames francophones. »

  • LANDRY, R., R. ALLARD et K. DEVEAU. « Un modèle macroscopique du développement psycholangagier en contexte intergroupe minoritaire », Diversité urbaine, 2008, p. 45-68.

    « L'article présente un modèle macroscopique du développement psycholangagier en contexte intergroupe minoritaire. Ce modèle comprend quatre niveaux d'analyse et décrit un rapport de force entre un endogroupe minoritaire et un exogroupe majoritaire, montrant comment le développement psycholangagier des membres du groupe minoritaire peut être à la fois le produit d'un déterminisme social et le fruit d'une autodétermination de l'individu et du groupe. »

  • LANDRY, R., R. ALLARD et K. DEVEAU. École et autonomie culturelle : Enquête pancanadienne en milieu scolaire francophone minoritaire, Nouvelles perspectives canadiennes. Ottawa, Patrimoine canadien, 2010, 292 p.

    Les auteurs introduisent le concept d'autonomie culturelle en lien avec l’école de langue française. Après l'avoir défini et en avoir décrit les composantes, ils analysent trois défis que doivent relever les communautés francophones et acadiennes qui visent à acquérir une autonomie culturelle réelle.

  • LANDRY, R., R. ALLARD et K. DEVEAU. « Bilinguisme et métissage identitaire : vers un modèle conceptuel », Minorités linguistiques et société, no 3, 2013, p. 56-79.

    « Plusieurs recherches montrent la forte présence d'une identité bilingue chez les jeunes francophones du Canada à l'extérieur du Québec. La présente étude propose un modèle conceptuel visant une explication de ce phénomène et présente les résultats d'une étude empirique pancanadienne. »

  • LANDRY, R. R. ALLARD, K. DEVEAU et N. BOURGEOIS. «  Autodétermination du comportement langagier en milieu minoritaire : un modèle conceptuel », Francophonies d’Amérique, no 20, 2005, p. 63–78.

    Après une brève introduction au concept de vitalité ethnolinguistique et à sa relation au déterminisme social, les auteurs discutent des conditions relatives à l'autodétermination du comportement langagier et proposent un modèle théorique.

  • LANDRY, R., K. DEVEAU, G. LOSIER et R. ALLARD. « Identité ethnolinguistique, autodétermination et satisfaction de vie en contexte francophone minoritaire », Francophonies d’Amérique, no 28, 2009, p. 47-70.

    Cette recherche a pour objet de vérifier empiriquement la validité d’un modèle théorique qui propose un système de relations liant la construction de l’identité ethnolinguistique au mieux-être psychologique. Ce modèle a été testé chez des adolescents qui fréquentent l’école de langue française en milieu minoritaire.

  • LANDRY, R., C. FERRER et R. VIENNEAU. « La pédagogie actualisante : Un projet éducatif » (numéro thématique), Éducation et francophonie, volume 30, no 2, automne 2002, p. 1-7.

    Cet ouvrage constitue les bases d’un projet éducatif. Il rassemble les textes de professeurs de l’Université de Moncton qui ont entrepris de définir, selon leur perspective respective, la pédagogie actualisante.

  • LANDRY, R. et J.-F. RICHARD. « La pédagogie de la maîtrise des apprentissages : Une invitation au dépassement de soi », Éducation et francophonie, volume 30, no 2, automne 2002, p. 158 187.

    Dans cet article, les auteurs visent à démontrer que certains éléments fondamentaux de la pédagogie de la maîtrise (Benjamin Bloom) prennent une nouvelle pertinence, voire un rôle accru, dans le contexte de la pédagogie actualisante, une approche éducative dont la finalité est l'actualisation du plein potentiel d'apprentissage des élèves.

  • LANDRY, R. et S. ROUSSELLE. Éducation et droits collectifs : Au-delà de l’article 23 de la Charte, Moncton, Les Éditions de la Francophonie, 2003, 208 pages.

    Cet ouvrage compte deux principales perspectives, celle de l’enseignement en contexte francophone minoritaire et celle des considérations juridiques et législatives dans le domaine.

  • LÉONARD, C. « Le patrimoine toponymique d’origine et d’influence françaises à l’école en milieu minoritaire : une voie de construction identitaire à emprunter », Éducation francophone en milieu minoritaire, vol. 3, no 1, 2008, p. 15-32.

    La présente étude fait le point sur la place accordée à la toponymie dans les écoles francophones en milieux minoritaires. Un constat s’impose. L’étude de la toponymie est quasi absente des programmes d’études.

  • LEPRI, J.-P. « Apprendre, c’est naturel » : Présentation sur la nature et le sens d’apprendre, Cercle de Réflexion pour une Éducation authentique (CRÉA), Les Champs dessus, Éducation authentique.org, [En ligne], 2013. (Consulté le 29 avril 2014).

    Dans cette présentation, Lepris élabore sur la nature et le sens d’apprendre. Il introduit le mot « sensification » au domaine de l’enseignement de la langue.

  • LOWE, A. « Intégration des arts au programme de français en milieu francophone minoritaire: bénéfices pour tous les apprenants et apprenantes », Francophonies d'Amérique, no 18, 2004, p. 5-19.

    Par la voie des arts, l’auteure explore le défi, pour l'enseignante ou pour l'enseignant, de choisir les stratégies pédagogiques qui, d'une part, assureront l'apprentissage du français grâce à des activités constructives et intéressantes pour l'élève et qui, d'autre part, stimuleront l'identité et le sentiment d'appartenance culturelle.

  • MARTEL, M. et M. PÂQUET. Langue et politique au Canada et au Québec : Une synthèse historique, Montréal, Les Éditions de Boréal, 2010, 340 pages.

    Ce livre fait état des tendances lourdes de l’enjeu linguistique au Canada. Il montre à quel point la langue se situe depuis plusieurs siècles au cœur de la vie politique du pays.

  • NEGURA, L. et A. SAMSON. « Jeunes et travail : (l'avantage( d'être francophone en Ontario », Reflets : revue d’intervention sociale et communautaire, vol. 14, no 1, 2008, p. 129-153.

    Cette recherche présente les éléments de la représentation sociale du travail des finissantes et des finissants des écoles secondaires de langue française de l'Ontario qui peuvent avoir une incidence sur leur choix professionnel.

  • O’KEEFE, M. Minorités francophones : Assimilation et vitalité des communautés, 2e éd. Ottawa, Patrimoine canadien, coll. Nouvelles perspectives canadiennes, 2001.

    Cet ouvrage fournit des statistiques démographiques, traite d’aménagement linguistique et de vitalité des communautés.

  • PAIEMENT, L. Une goutte d’eau à la fois. Vers un modèle pédagogique de responsabilisation et de leadership culturel en milieu minoritaire, Ottawa, Les Éditions David, 2013, 464 p.

    « L’auteure raconte sa vie comme francophone de l’Ontario, mais elle effectue surtout un survol de sa riche carrière d’enseignante et de son leadership culturel qui dépasse largement les frontières de sa province. Ce livre n’est pas seulement autobiographique, car il constitue un véritable traité pédagogique… ».

  • PELLETIER, L.G. et E.C. SHARP. « Administrative pressures and teachers’ interpersonal behaviour in the classroom », Theory and Research in Education, vol. 7, 2009, p. 174-183.

    Cet article explore les conditions contextuelles qui mènent la majorité du personnel enseignant à être contrôlant, plutôt qu’autonomisant.

  • PILOTE, A. Francophones et citoyens du monde : éducation, identités et engagement, Québec, Presses de l’Université Laval, 2014, 292 p.

    « L’éducation et l’identité prennent une importance particulière dans la francophonie canadienne. En effet, la transmission de la langue et de la culture d’expression française est au cœur de la mission éducative des établissements scolaires francophones. Comment les individus se positionnent-ils face à cet enjeu linguistique et culturel ? » Un collectif d’auteurs réfléchit à des questions sur l’engagement social et sur l’avenir en français.

  • PILOTE, A. et M.-O. MAGNAN. « La construction identitaire des jeunes francophones en situation minoritaire au Canada : négociation des frontières linguistiques au fil du parcours universitaire et de la mobilité géographique », Canadian Journal of Sociology/Cahiers canadiens de sociologie, vol. 37, no 2, 2012, p. 169-195.

    Cet article porte sur le processus de construction identitaire des étudiants universitaires francophones canadiens évoluant en contexte minoritaire et qui ont été scolarisés en français au secondaire.

  • REEVE, J. « Self-Determination Theory Applied to Education Settings », dans DECI, E. et R. RYAN, dir. Handbook of Self-Determination Research, New York, The University of Rochester Press, 2002, chap. 9, p. 183-203.

    Tiré d’un recueil qui traite de la théorie de l’autodétermination, cet article constitue l’un des premiers en Amérique du Nord à faire des liens si directs avec l’autodétermination et l’élève.

  • REEVE, J. et M. HALUSIC. « How K-12 teachers can put self-determination theory principles into practice », Theory and Research in Education, vol. 7, no 2, 2009, p. 145-154.

    Cet article discute de la mise en pratique des principes motivationnels de la théorie de l’autodétermination.

  • REEVE, J. et H. JANG. « What Teachers Say and Do to Support Students’Autonomy During a Learning Activity », Journal of Educational Psychology, vol. 98, no 1, 2006, p. 209-218.

    Cette étude vérifie la corrélation entre les témoignages des élèves et les comportements contrôlants ou autonomisants du personnel enseignant.

  • REEVE, J., H. JANG, D. CARRELL, S. JEON et J. BARCH. « Enhancing Students’ Engagement by increasing Teachers’ Autonomy Support », Motivation and Emotion, vol. 28, no 2, 2004, p. 147 169.

    Cet article présente une étude qui visait à vérifier si le personnel enseignant, qu’il soit considéré comme contrôlant ou non, peut intégrer un concept si abstrait que l’appui à l’autonomie dans ses pratiques quotidiennes en classe.

  • ROCQUE, J. « La participation de couples mixtes à la gestion scolaire francophone », dans ROCQUE, Jules. La direction d’école et le leadership pédagogique en milieu francophone minoritaire, Presses universitaires de Saint-Boniface. 2011, p. 191-218.

    Ce recueil collectif traite de leadership scolaire en contexte francophone minoritaire. Il contient une section sur les fondements historico-juridiques et linguistiques, une section sur la gestion scolaire et une autre sur les enjeux pédagogiques.

  • SHOR, I. Empowering Education: Critical Teaching for Social Change, Chicago, The University of Chicago Press, 1992, 294 p.

    Dans ce livre, l’auteur traite de pouvoir et d’éducation. Il partage ses réflexions et son expérience.

  • Traisnel, C. et Forgues, É. (2014). L’engagement social des francophones et des anglophones en situation minoritaire : un panorama canadien, dans La vie dans une langue officielle minoritaire au Canada, Rodrigue Landry (dir.). Montréal : Les Presses de l’Université Laval.

    Cet article aborde certains choix et comportements des minorités linguistiques par rapport à leur engagement social. On y distingue un type d’engagement plus sociétal qui se passe souvent, par choix, dans la langue de la majorité anglophone et d’un type d’engagement communautaire, qui se porte à la défense et à l’épanouissement des communautés francophones. Cette étude remet en question le lien entre la population minoritaire francophone et ses organismes. Elle rappelle l’action cruciale des membres d’une communauté lorsque celle-ci ne possède pas de mécanisme institutionnalisé pour leur représentation politique.

  • VALLERAND, R. J. et C. RATELLE. « Intrinsic and Extrinsic Motivation: A Hierarchical Model », cité dans DECI, E. et R. RYAN, dir. Handbook of Self-Determination Research, New York, The University of Rochester Press, 2002, chap. 2, p. 37-63.

    Tiré d’un recueil collectif qui traite de la théorie de l’autodétermination, cet article explique certains fondements de la motivation en général et de la motivation scolaire en particulier.

  • ZAKHARTCHOUK, J.-M. L’enseignant, un passeur culturel, ESF éditeur, collection Pratiques et enjeux pédagogiques, no 375, juin 1999.

    L’œuvre fait réfléchir au sens du terme culture qu’il aborde dans sa dimension universelle et pédagogique.





Autres références pertinentes :

  • ADAM, Dyane. La mission de l’instruction dans la langue de la minorité, allocution prononcée devant les États généraux sur la petite enfance, Toronto, Ontario, 2000.

    La Commissaire aux langues officielles souligne l’importance du défi que représente le plan de mise en œuvre des Droits à l’instruction dans la langue de la minorité. Elle met en relief la nécessité d’une mise en place efficace, réaliste et urgente.

  • ALLARD, Réal, Rodrigue LANDRY, et Kenneth DEVEAU. « Conscientisation ethnolangagière et comportement engagé en milieu minoritaire », Francophonies d'Amérique, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, no20, 2005, p. 95-110.

    Présentation des résultats d’une recherche réalisée auprès de 550 ayants droit des régions acadiennes de la Nouvelle-Écosse sur la question du positionnement à l’égard de la langue de scolarisation des enfants. Les résultats indiquent que, dans ce milieu linguistique minoritaire, l’appui à la scolarisation dans des écoles de langue française est associé positivement au développement d’un bilinguisme de type additif. Plus spécifiquement, il est associé au désir d’intégrer la communauté de langue française et à l’identité ethnolinguistique francophone. À leur tour, le désir d’intégration et l’identité francophone sont reliés à la force du vécu ethnolangagier francophone. En outre, la préférence pour la scolarisation en français est associée positivement au degré de scolarisation des ayants droit.

  • ARCHAMBAULT, R. « Une pédagogie pour les écoles de la Saskatchewan (écoles fransaskoises) : Identité – Langue – Culture », Forum sur l’avenir de l’éducation de langue française de l’ACELF, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, 1997.

  • ASSOCIATION CANADIENNE D’ÉDUCATION DE LANGUE FRANÇAISE. Cadre d’orientation en construction identitaire, Québec, ACELF, 2006, 35 p.

    Ce document propose une définition et un modèle de construction identitaire et l’applique à l’intervention. Il est le fruit d’un consciencieux travail de réflexion et de validation pour lequel l’ACELF a fait appel à de nombreux experts.

  • ASSOCIATION CANADIENNE D’ÉDUCATION DE LANGUE FRANÇAISE. Pour des interventions favorisant la construction d’une identité francophone : Définition, modèle et principes directeurs, Québec, ACELF, 2008, 8 p.

    Pour assurer la cohérence de ses interventions en construction identitaire, présentes et futures, l’ACELF explique les huit principes qui dirigent son action.

  • ASSOCIATION CANADIENNE D’ÉDUCATION DE LANGUE FRANÇAISE. Réflexion sur la diversité culturelle au sein des écoles francophones du Canada, document élaboré dans la foulée du 60e congrès de l’ACELF, Québec, 2007.

    Ce document retient les idées saillantes exprimées à l’intérieur des ateliers, conférences et témoignages et établit des liens clairs entre elles. La réflexion est structurée en fonction des principes directeurs que s’est donnée l’ACELF pour poursuivre sa mission d’intervention éducative en construction identitaire.

  • ASSOCIATION CANADIENNE D’ÉDUCATION DE LANGUE FRANÇAISE. La revanche des réseaux : Pour une intervention concertée en construction identitaire, mémoire présenté au Comité directeur du Sommet des communautés francophones et acadiennes. Québec, ACELF, 2007, 15 p.

    Dans le cadre du Sommet des communautés francophones et acadiennes de 2007, l’ACELF répond aux questions de la Fédération des communautés canadiennes-françaises et acadiennes (FCFA) sur la démographie, l’identité et la diversité, et la vitalité́.

  • ASSOCIATION CANADIENNE D’ÉDUCATION DE LANGUE FRANÇAISE, FÉDÉRATION CULTURELLE CANADIENNE FRANÇAISE, et FÉDÉRATION CANADIENNE DES DIRECTIONS D’ÉCOLES FRANCOPHONES, La trousse du passeur culturel, document conjoint, Ottawa, ACELF, FCCF, FCDEF, 2009.

    Cette trousse est un outil d’intervention en construction identitaire qui appuie les directions d’école et le personnel éducatif pour qu’ils puissent relever les défis particuliers de l’école francophone en milieu minoritaire. Il explique les concepts de construction identitaire de l’ACELF ainsi que le concept de passeur culturel. Il propose des idées concrètes et des pistes d’actions liées à une meilleure intégration des arts et de la culture dans la programmation scolaire afin de développer chez les jeunes un sens d’appartenance à la langue et à la culture d’expression française.

  • ASSOCIATION DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTS FRANCO-ONTARIENS. Nos écoles, notre avenir : Document d’orientation, AEFO, 2006, 24 p.

    Ce document alimente la réflexion et définit la position de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens. Il fournit des recommandations qui tiennent compte du contexte franco-ontarien en éducation.

  • BERGER, M.J. « Bilan du dossier d’apprentissage d’une classe de maternelle en milieu francophone minoritaire », Revue du nouvel Ontario, Sudbury, 2004.

  • BERGER, M. J. « Interventions pédagogiques favorisant l’apprentissage de la lecture en contexte d’actualisation linguistique », dans DIONNE, A.M., et M.J. BERGER. Les littératies : perspectives linguistiques, familiale et culturelle. Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2007, p. 187-207.

  • BERGER, M. J. « Mise à jour des pratiques pédagogiques du personnel enseignant en actualisation linguistique (ALF) ». Recherche en éducation francophone en milieu minoritaire, regards croisés sur une réalité mouvante. Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface, 2003, p. 79-97.

  • BERNARD, Roger. Le Canada français: entre mythe et utopie, Hearst, Le Nordir, 1998, 238 p.

    Cet ouvrage d’un sociologue dévoile les enjeux linguistiques et culturels qui sous-tendent les perturbations et les tensions menaçant le Canda au seuil du XXIe siècle.

  • BERNARD, Roger. « Les contradictions fondamentales de l’école minoritaire », Revue des sciences de l’éducation, vol. 23, no 3, 1997, p. 509-526.

    Dans des conditions sociales et démographiques très défavorables, nous demandons à l'école minoritaire de réussir là où la famille et la communauté éprouvent d'énormes difficultés. L'analyse reprend l'argumentation qui conduit à faire de l'école un agent de vitalité ethnolinguistique, examine l'environnement social qui délimite les véritables pouvoirs de l'école, et fait ressortir les contradictions fondamentales qui guettent l'école qui se donne comme mission le changement social. Devant l'ampleur de l'assimilation linguistique, la profondeur de l'acculturation et l'étendue de l'effritement des communautés canadiennes-françaises minoritaires, les défis de culturation et de communalisation de l'école sont démesurés par rapport aux moyens habituellement mis à sa disposition pour les relever.

  • BLAIN, Sylvie. « Study of verbal peer feedback on the improvement of the quality of writing and the transfer of knowledge in francophone students in grade 4 living in a minority situation in Canada », Language, Culture and Curriculum, vol. 14, no 1, 2001, p. 156-170.

  • BOUCHAMMA, Yamina. Francisation, scolarisation et socialisation des élèves immigrants en milieu minoritaire francophone du Nouveau-Brunswick : Quels défis et quelles perspectives?, Québec, Université Laval, Série de documents de recherche, no 21, 2009.

    Cette étude porte sur les défis qui se posent aux écoles du milieu minoritaire francophone. Elle est menée auprès de directions d’écoles, d’enseignants, d’enseignants-ressources, de conseillers pédagogiques, de professionnels d’immigration et de parents d’élèves. Les résultats s’articulent autour de trois grands thèmes : la francisation, la scolarisation et à la socialisation des élèves en MMF. Les trois défis que les participants évoquent s’articulent autour d’une problématique de la francisation des élèves immigrants qui se font en parallèle à une intégration en salle de classe ordinaire, sans programme et sans ressources humaines adéquates. Le manque de cadre et de politique qui oriente cette pratique est discuté et des pistes sont proposées.

  • BOUDREAU, Annette. « L’aménagement linguistique », Égalité, revue acadienne d’analyse politique, Actes de la Convention 2004 de la Société acadienne du Nouveau-Brunswick, no 51, 2005, p. 55-60.

  • BOUDREAU, Annette. « Construction identitaire et espace urbain : le cas des Acadiens de Moncton », dans BULOT Thierry, et Leila MESSAOULDI. Sociolinguistique urbaine ; frontières et territoires. Bruxelles, Éditions modulaires européennes, 2003, p. 169-202.

  • BOUDREAU, Annette. « Le français en Acadie : maintien et revitalisation du français dans les provinces maritimes », dans VALDMAN, Albert, Julie AUGER, et Deborah PISTON-HATLEN. Le français en Amérique du Nord : État présent. Sainte-Foy, Québec, Presses de l'Université Laval, 2005, p. 439-454.

  • BOUDREAU, Annette, et Raoul BOUDREAU. La littérature comme moyen de reconquête de la parole. L’exemple de l’Acadie. Toronto, Centre for Research on Language contact, Collège Glendon, Université York, 2004.

    Depuis les années 1970, la langue française parlée en Acadie était condamnée à des espaces restreints de communication, mais certains écrivains ont permis à cette parole stigmatisée de se refaire une image valorisante dans l’espace public du texte littéraire. Cette parole cohabite maintenant avec les autres variétés. La littérature acadienne a pu accéder à la parole en disant son exclusion de la parole et elle s’est donné une langue en faisant état de sa privation de langue. Entre 1970 et aujourd’hui, on peut déjà mesurer l’évolution de cette prise de parole et les transformations qu’elle a entraînées dans l’image de la langue.

  • BOUDREAU, Annette, et Lise DUBOIS. « L'affichage à Moncton: masque ou miroir? ». BOUDREAU, Annette, et autres. Actes de la 4e Journée internationale de sociolinguistique urbaine. Signalétiques et signalisations linguistiques et langagières des espaces de villes. Moncton, Revue de l'Université de Moncton, vol. 36, no 1, 2005, p. 185-217.

  • BOUDREAU, Annette, et Lise DUBOIS. « Le cas de trois radios communautaires de l’Acadie des Maritimes », dans HELLER, Monica, et N. LABRIE, Discours et identités : la francité canadienne entre modernité et mondialisation, Bruxelles, Éditions modulaires européennes, 2004, p. 245-270.

  • BOUDREAU, Annette, et Lise DUBOIS. « Les espaces sociolinguistiques de l’Acadie des Maritimes », dans HELLER, Monica, et N. LABRIE Discours et identités : la francité canadienne entre modernité et mondialisation, Bruxelles, Éditions modulaires européennes, 2004, p. 77-100.

  • BOUDREAU, Annette, et Lise DUBOIS. « Insécurité linguistique et diglossie : Étude comparative de deux régions de l’Acadie du Nouveau-Brunswick », Revue de l’Université de Moncton, Moncton, vol. 25, 1992, p. 3-22.

  • BOUDREAU, Annette, et Lise DUBOIS. Langues minoritaires et espaces publics : le cas de l’Acadie du Nouveau-Brunswick. Centre for Research on Language contact, Toronto, Collège Glendon, Université York, 2001.

  • BOUDREAU Annette, et Lise DUBOIS. « La radio communautaire en milieu minoritaire : légitimation identitaire, diversification du marché linguistique et changement linguistique », dans DELAMOTTE-LEGRAND, Régine, Les Médiations langagières. Des discours aux acteurs sociaux, Publications de l’Université de Rouen Dyalang, CNRS, 2004, vol. II, p. 177-187.

  • BOUDREAU, Annette, Lise DUBOIS et Véronica D’ENTREMONT. « Représentations, sécurité/insécurité et éducation en milieu minoritaire », dans DALLEY, Phyllis, et Sylvie ROY. Francophonie, minorités et pédagogie. Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2008, p. 145-175.

    Cet article analyse les liens entre pratiques et représentations linguistiques, construction identitaire et structuration sociale dans les communautés minoritaires francophones du Canada.

  • BOUDREAU, Annette, et Marie-Ève PERROT. Quel français enseigner en milieu minoritaire? Minorités et contact de langues : le cas de l’Acadie, Centre for Research on Language contact, Toronto, Collège Glendon, Université York, 2005.

  • BOUDREAU, Robert. « L’implantation, école par école, d’une culture entrepreneuriale consciente », atelier 7 de la conférence Vers une francophonie entrepreneuriale. Québec, Université Laval, 2008

    Cette présentation explique la notion de l’école communautaire telle que promue par le Ministère de l’éducation du Nouveau-Brunswick et dont la mission est de développer une culture de l’apprentissage autonome et de l’entrepreneuriat conscient au service de la santé globale des enfants, des familles, des partenaires et des communautés.

  • BOUDREAU, Véronique. « Pédagogie culturelle », Pour parler profession, Revue de l’ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario, juin 2009.

  • BUORS, Paule, et François LENTZ. « Apprendre en français en milieu franco-minoritaire au Canada: langue, sens et identité », La lettre, L'enseignement du français dans les différents contextes linguistiques et sociolinguistiques, Association internationale de recherche en didactique du français, no 38-1, 2006.

  • BUORS, Paule, et François LENTZ. « La formation continue des intervenants pédagogiques en milieu minoritaire : une initiative en francisation », Les cahiers franco-canadiens de l’Ouest, Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface, vol.16, nos 1-2, 2004, p. 113-137.

    Dans un premier temps, cet article avance des éléments de mise en contexte démolinguistique minoritaire et les lieux stratégiques d’intervention que sont la famille et l’école. Dans un deuxième temps, il présente une initiative de formation continue en francisation en trois volets, et, dans un troisième temps, il souligne quelques enjeux pour la formation continue en milieu minoritaire touchant au développement d’un rapport positif à la langue et à la construction d’un pouvoir d’action chez les enseignantes, les enseignants et les élèves.

  • CARDINAL, Linda. L’identité francophone en débat, conférence donnée à l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario, Université de Toronto, le 9 mars 2010.

    Cette conférence soulève deux interrogations : comment étudier l’action collective des minorités francophones hors Québec et quelle est l’incidence de l’État sur leur capacité d’action? Cette conférence propose une approche de rechange au débat en cours sur les fondements de l’identité francophone en milieu minoritaire.

  • CAVANAGH, Martine. « Profil scriptural d'élèves franco-albertains du primaire en vue de l'implantation d'un programme d'intervention en écriture », Revue canadienne de l'éducation, vol. 30 no 3, 2007, p. 691-724.

    Les résultats positifs obtenus en cohérence textuelle auprès d’élèves québécois suite à leur participation à un programme en écriture fondé sur des principes de l’apprentissage constructiviste (Cavanagh, 2006) et le fait que ces principes rejoignent ceux de la pédagogie préconisée pour les francophones minoritaires nous amènent à vouloir implanter ce programme auprès d’élèves franco-albertains pour évaluer ses effets sur leur compétence rédactionnelle. Cependant, il s’avère au préalable nécessaire de vérifier que les connaissances ciblées par le programme correspondent aux difficultés majeures à l’écrit des élèves de ce milieu. Le but du présent article est donc d’établir un profil de la compétence scripturale d’élèves franco-albertains de la 4e à la 6e année du primaire (n = 126). À cette fin, deux composantes clés ont été évaluées dans le contexte de l’écriture d’un texte narratif et d’opinion: la grammaire du texte et la grammaire de la phrase. Les résultats montrent que la première composante pose plus de difficultés aux élèves que la seconde et qu’en général, les élèves font peu de progrès d’un degré scolaire à l’autre, ce qui souligne la pertinence du programme proposé pour cette population.

  • CAZABON, Benoît. Langue et culture, Unité et discordance, Sudbury, Prise de parole, 2007, 294 p. (Agora)

    Cet ouvrage démontre que l’identité culturelle est un processus dynamique et multidimensionnel qui aboutit à une construction sociale. Il propose un modèle de l’identité culturelle qui est prise de conscience de soi, puis action communautaire.

  • CAZABON, Benoît. « L'enseignement en français langue maternelle en situations de minorité », Revue des sciences de l'éducation, vol. 23, no 3, 1997, p. 483-508.

    Cet article situe les enjeux les plus importants des études sur l'enseignement du français et en français en situation de minorité. Cette réflexion a pour objet de clarifier, de mieux comprendre et d'établir certaines prédictions au sujet de l'enseignement en français en situation de minorité. Elle s'appuie sur les travaux descriptifs, expérimentaux ou de recherche-action menée dans les diverses enclaves de la francophonie internationale. Elle s’inspire aussi des travaux émanant des associations et de documents ministériels.

  • CAZABON, Benoît. Pour un enseignement réussi du français langue maternelle : fondements et pratiques en didactique du français, Sudbury, Prise de parole, 2005, 204 p.

    L’auteur reprend, en les remaniant pour tenter d’en assurer l’homogénéité et d’éviter les redites, des études publiées dans des revues spécialisées depuis une dizaine d’années. Il apporte ainsi une contribution particulière aux nombreuses recherches en didactique du français qui s’inscrivent, notamment en Europe, dans les perspectives du plurilinguisme et du pluriculturalisme sans toujours prendre en compte le cas particulier de l’enseignement de la langue maternelle dans un contexte où son statut officiel est fragile. L’essentiel de sa réflexion s’appuie sur une conception qu’il appelle « holistique » de la didactique du français qui se concrétise dans un triangle associant contenu (quoi enseigner?), enseignement (comment?) et apprentissage (Qui? Quand? Pourquoi?). Le contenu est abordé selon une approche communicative, l’enseignement selon un modèle transactif, et l’apprentissage selon un modèle actualisateur visant à construire un sujet autonome, critique et communicant. C’est dire que l’intérêt de l’ouvrage dépasse le cas particulier de l’Ontario : il rejoint les préoccupations épistémologiques qui constituent, aujourd’hui, les fondements de la didactique des langues. À cet égard, il serait intéressant que se développent des recherches sur des situations voisines, par exemple l’enseignement des langues minoritaires, langues de l’immigration ou, dans certains pays, langues régionales, en milieu francophone dominant.

  • CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES. Projet stratège — pratique réflexive pour faire ressortir les stratégies gagnantes dans un programme d’alf en 1ère année. Ottawa, Éditions CFORP, 2006, 359 p.

    Description de 28 stratégies gagnantes dans un programme d'actualisation linguistique en français. Ce document contient les fondements théoriques de l'enseignement d'une nouvelle langue; il établit les liens avec le "Curriculum de l'Ontario de la 1ère à la 8e année — Actualisation linguistique en français et Perfectionnement du français" ainsi que les trois modules d'activités : les saisons, les moyens de transport, les plantes. Il explore plusieurs contenus d'apprentissage dans plusieurs matières tout en favorisant le développement de la compétence langagière ainsi que l'acquisition des habiletés de base en lecture et en écriture.

  • CHAGNON-LAMPRON, Geneviève, et Marc HAENTJENS. Recherche-action sur le lien langue-culture-éducation en milieu minoritaire francophone. Ottawa, Fédération culturelle canadienne-française, 2004, 75 p.

    Cette étude cherche à approfondir l’expression du lien langue-culture-éducation dans les communautés francophones minoritaires. Elle en souligne l’importance et met en relief sa portée dans le développement de ces communautés. Elle dégage des pistes d’action aptes à tisser des partenariats pertinents.

  • COGHLAN, Vickie, et Joseph Yvon THÉRIAULT, « L'apprentissage du français en milieu minoritaire, une revue documentaire », Ottawa, Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2002, 19 p.

    Survol des études sociolinguistiques portant sur l’apprentissage du français langue première en milieu minoritaire canadien hors Québec. Ce document vise à alimenter la réflexion quant aux pratiques les plus susceptibles de favoriser l’apprentissage du français et l’appartenance à la communauté francophone.

  • CONSEIL DES MINISTRES DE L’ÉDUCATION DU CANADA. Résultats pancanadiens des élèves francophones en milieu minoritaire au Programme d'indicateurs du rendement scolaire (PIRS). Rapport analytique, Toronto, CMEC, 2004, 76 p.

    Ce document est une analyse approfondie du rendement en mathématiques, en lecture et écriture et en sciences des élèves francophones en milieu minoritaire aux premier et deuxième cycles des évaluations du PIRS. La recension des écrits portant sur les facteurs influençant le rendement scolaire des élèves indique que la confiance qu'ils ont en leurs habiletés et leur utilisation de stratégies d'apprentissage sont positivement reliées à leur rendement scolaire. Dans le domaine de la lecture et de l'écriture et celui des sciences, les francophones en milieu minoritaire affichent un rendement plus faible comparativement à l'ensemble des élèves canadiens. C'est en écriture que l'on constate la principale faiblesse des élèves francophones en milieu minoritaire. Il se dégage certaines pistes d'action et des options éventuelles de collaboration pour la formation du personnel enseignant, le développement de ressources scolaires pour les élèves et le personnel enseignant et de ressources communautaires pour appuyer les parents et soutenir des partenariats famille-écoles-communauté.

  • CORMIER, Marianne. Intégration des sciences et de la langue : création et expérimentation d’un modèle pédagogique pour améliorer l’apprentissage des sciences en milieu linguistique minoritaire, Thèse (Ph.D.) Université de Moncton, 2004, 220 p.

    Apprendre les sciences, c'est parler, lire et écrire à propos des sciences. Ainsi, les stratégies langagières peuvent contribuer à l'apprentissage des sciences, particulièrement en milieu linguistique minoritaire ou en immersion. Madame Cormier présente un modèle pédagogique pour améliorer l'apprentissage des sciences grâce à l'exploitation de stratégies de discussion, d'écriture et de lecture. Dans ce modèle, l'intégration langue et sciences se produit dans le cadre d'une démarche socioconstructiviste qui favorise l'évolution des conceptions des élèves.

  • CORMIER, Marianne. La pédagogie en milieu francophone minoritaire : une recension des écrits, Ottawa, Ontario, Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2005, 39 p.

    Cette recension décrit les éléments essentiels d’une pédagogie appropriée au milieu linguistique minoritaire canadien et les appuie par les apports de la littérature et des idées des auteurs.

  • CORMIER, Marianne, et autres. « Un modèle pédagogique pour améliorer l'apprentissage des sciences en milieu linguistique minoritaire », Francophonies d'Amérique, no 18, 2004, p. 21-35.

  • CUMMINS, Jim. Language, Power and Pedagogy: Bilingual Children in the Crossfire, Clevedon, England, Multilingual Matters, 2000, 309 p.

  • DALLAIRE, Christine, et Josianne ROMA. « Entre la langue et la culture, l'identité francophone des jeunes en milieu minoritaire au Canada », dans ALLARD, Réal, Actes du colloque pancanadien sur la recherche en éducation en milieu francophone minoritaire: bilan et prospectives, Québec et Moncton, Association canadienne d’éducation de langue française et Centre de recherche et de développement en éducation, 2003, p. 30-46.

  • DALLEY, Phyllis. « Le rôle de reproduction sociale de l'enseignante et de 'école: deux paradoxes en classe de première année en Acadie du Nouveau-Brunswick », dans DUCHESNE, Herman. Recherche en éducation francophone en milieu minoritaire: regards croisés sur une réalité mouvante, Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface, 2003, p.1-22.

  • DALLEY, Phyllis, et Sylvie ROY. Francophonie : minorités et pédagogie. Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2008.

    Ce livre regroupe des textes de sociologues et sociolinguistes activement impliqués dans la recherche sur l’éducation de minorités linguistiques au sein de la Francophonie. Ce collectif met en lumière la contribution de la sociolinguistique en matière de production de connaissances, mais aussi de développement d’une pédagogie visant une inclusion et le respect du groupe minoritaire au-delà de toutes frontières.

  • DEVEAU, Kenneth. « Construction identitaire francophone en milieu minoritaire canadien : « Qui suis-je? » Francophonies d’Amérique, no 26, 2008, p. 383-403.

  • DEVEAU, Kenneth, Rodrigue LANDRY, et Réal ALLARD. « Au-delà de l’autodéfinition : composantes distinctes de l’identité ethnolinguistique », Francophonies d’Amérique, no 20, 2005, p. 79-93.

  • DUCHESNE, Hermann. Recherches en éducation francophone en milieu minoritaire : Regards croisés sur une réalité mouvante, Regroupement pour l’étude de l’éducation francophone en milieu minoritaire, Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface, 2003, 223 p.

  • DUQUETTE, Georges. Vivre et enseigner en milieu minoritaire, Théorie, recherches et interventions professionnelles en salle de classe. Sudbury, Presses de l’Université Laurentienne, 1999, 83 p.

  • FÉDÉRATION CANADIENNE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTES. Apprendre sa communauté — aperçu général, Ottawa, FCE, 2008, 18 p.

    Survol de l’organisation de l’éducation de langue française dans les milieux minoritaires au Canada : similitudes et disparités.

  • FÉDÉRATION CANADIENNE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTES. Apprendre sa communauté dans les programmes d’étude de français, Ottawa, FCE, 2008, 10 p.

    Analyse des contenus des programmes d’études de français en milieu minoritaire francophone au Canada.

  • FÉDÉRATION CANADIENNE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTES. Apprendre sa communauté par les sciences humaines, Ottawa, FCE, 2008, 14 p.

    Analyse des contenus des programmes d’études de sciences humaines en milieu minoritaire francophone au Canada.

  • FÉDÉRATION CANADIENNE DES ENSEIGNANTES ET DES ENSEIGNANTES. L’appropriation culturelle des jeunes à l’école secondaire francophone en milieu minoritaire, Ottawa, FCE, 2009.

    Cette recherche examine l’adolescence, cet âge où des décisions et des choix importants déterminent souvent les conditions de vie à l’âge adulte. Elle cherche à mieux comprendre les liens que tissent les jeunes avec la francophonie pendant leur parcours scolaire et la place qu’occupe l’appropriation culturelle. Elle se présente sous la forme de trois documents : Le rapport d’analyse des entrevues de groupe, 62 p. Ce document fait le bilan des rencontres réalisées auprès d’ados de l’Ontario et de la Nouvelle-Écosse dans le but de préciser l’orientation des questions d’un sondage pancanadien.Les résultats de l’enquête pancanadienne, 116 p. Ce document fournit les données recueillies auprès de 1334 jeunes de tous les coins du pays à l’hiver 2009.La synthèse de l’enquête, 30 p. Ce document retient les points saillants des constats.

  • FÉDÉRATION CULTURELLE CANADIENNE FRANÇAISE, et CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE DES AFFAIRES FRANCOPHONES. Le développement culturel de la francophonie canadienne, FCCF et CMAF, Ottawa, 2004, 16 p.

    Document qui se veut une invitation à une collaboration accrue entre les communautés francophones et les gouvernements provinciaux et territoriaux.

  • FERRE, Cataline, et Réal ALLARD. « La pédagogie de la conscientisation et de l'engagement: pour une éducation à la citoyenneté démocratique dans une perspective planétaire. Deuxième partie: La PCE: concepts de base, transversalité des objectifs, catégorisation des contenus, caractéristiques pédagogiques, obstacles et limites », Éducation et francophonie, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, vol. 30, no 2, 2002, p. 96-134.

  • FREIRE, Paulo. Pédagogie des opprimés suivis de Conscientisation et Révolution, Paris, Maspero, 1977, 202 p.

    L’auteur y expose les principes d’une méthode de « conscientisation » qu’il expérimenta de1962 à1964, au Brésil, où il fut chargé d’un vaste programme d’alphabétisation par le ministère de l’éducation et de la culture et qui toucha près de deux millions d’hommes et de femmes analphabètes, puis au Chili, de 1964 à1967, sous le gouvernement d’Eduardo Frei. Paulo Freire s’inscrit dans une optique de lutte pour la libération des populations opprimées. Sa pratique d’alphabétisation l’amène à comprendre la place primordiale de la conscientisation comme préalable à toute action transformatrice. Il s’efforce donc de préciser les attitudes mentales et relationnelles qui obscurcissent ou qui éclairent la conscience personnelle et collective.

  • GEE, James. « Decontextualized language, a problem, not a solution », communication présentée au colloque Ontological, Epistemological, Linguistic and Pedagogical Considerations of Language and Science Literacy: Empowering Research and Informing Instruction, tenu à Victoria, du 12 au 14 septembre 2002.

  • GEE, James. « Language in the science classroom: Academic social languages as the heart of school-based literacy », dans SAUL, W. Crossing borders in literacy and science education, perspectives on theory and practice. Newark, DE, et Arlington, VA, International reading association et National science teachers association, 2003, p. 13-32.

  • GEE, James. Social linguistics and literacies, Ideology in discourses, 3e édition. New York, Routledge. 2008.

  • GÉRIN-LAJOIE, Diane. « Les défis de l'enseignement en milieu francophone minoritaire: le cas de l'Ontario ». Éducation et francophonie, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, vol. 29, no 1, 2001.

  • GÉRIN-LAJOIE, Diane. « École et renouveau francophone en milieu minoritaire ». Revue de l'Université de Moncton, Moncton, no 31, 1998, p. 337-350.

  • GÉRIN-LAJOIE, Diane. Identité bilingue et jeunes en milieu francophone minoritaire: un phénomène complexe, Toronto, Le réseau de recherche sur les nouvelles approches de l’éducation permanente, OISE, Nall Working paper # 62, 2000, 11 p.

    Ce document examine les parcours identitaires d’un groupe d’adolescents et d’adolescentes qui fréquentent l’école secondaire minoritaire de langue française en Ontario. Partant du principe que l’identité s’acquiert et constitue en fait une construction sociale, qu’elle n’est donc pas quelque chose d’innée, l’auteure se penche sur la façon dont la notion d’identité s’articule chez les adolescents et les adolescentes appartenant à une minorité linguistique. L’analyse reconnaît le rôle essentiel tenu par la langue dans le processus de construction et de représentation identitaires et montre que ce processus est un phénomène complexe et mouvant.

  • GÉRIN-LAJOIE, Diane. « Le rôle du personnel enseignant dans le processus de reproduction linguistique et culturelle en milieu scolaire francophone en Ontario ». Revue des sciences de l'éducation, no 28, 2002, p. 125-146.

  • GÉRIN-LAJOIE, Diane. « Le travail enseignant en milieu minoritaire », dans DALLEY, Phyllis, et Sylvie ROY, Francophonie, minorités et pédagogie, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2008, p. 65-94.

  • GIBBONS, P. « Classroom talk and the learning of new registers in a second language ». Language and education, vol. 12, no 2, 1998, p. 99-118.

  • GILBERT, Anne, et autres. Le personnel enseignant face aux défis de l'enseignement en milieu minoritaire francophone. Ottawa, Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, 2004.

    Ce document prodigue un éclairage sur l’enjeu complexe qu’est l’exercice de la profession enseignante en contexte minoritaire. Il apporte un complément aux études existantes en cernant, au niveau national, les défis propres à ces écoles dont la survie repose en grande partie sur leur capacité à attirer du personnel qualifié et à garantir sa rétention.

  • GRATTON, Michel. Montfort, Ottawa, Éditions CFORP, 2004, 832 p.

    Récit raconté avec vigueur et émotion, de l'histoire de SOS Montfort et des gens qui l'ont animée. Le récit relève à la fois de la fresque historique et d’une revue complète des événements qui se sont échelonnés de 1997 à 2002. La première partie amène le lecteur au sein de la fébrilité du mouvement SOS Montfort et le rend témoin de l’engagement et de la ténacité des combattants de la première heure. Le récit se poursuit dans les coulisses du grand ralliement du 22 mars 1997 où plus de 10 000 Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens investissent le Centre municipal d’Ottawa. La seconde partie guide le lecteur dans les méandres politiques et juridiques d’une affaire célèbre.

  • GRAVES, M. The Vocabulary Book; learning and instruction, New-York, Teachers College Press, Columbia University, 2006.

  • GROUPE DE TRAVAIL SUR LA CULTURE FRANCOPHONE EN COLOMBIE-BRITANNIQUE, L’école française – Un habitat de culture, préparé par PAYRASTRE, Georges, et autres. Victoria, 1993.

  • HELLER, Monica. « Langue et identité: l'analyse anthropologique du français canadien », dans ERFURT, J. De la polyphonie à la symphonie — Méthodes, théories et faits de la recherche pluridisciplinaire sur le fait français au Canada, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1996, p. 19-36.

  • HELLER, Monica. « Quel(s) français et pour qui? Discours et pratiques identitaires en milieu scolaire franco-ontarien », dans LABRIE, N., et G. FORLOT. L'enjeu de la langue en Ontario français, Sudbury, Éditions Prise de Parole, 1999, p. 129-165.

  • KLEIN, Perry. « La littératie dans toutes les disciplines », Faire la différence… De la recherche à la pratique. Toronto, Ministère de l’éducation de l’Ontario, 2008, 4 p.

  • LAFONTAINE, L., et Sylvie BLAIN. « L'oral réflexif dans les groupes de révision rédactionnelle en quatrième année primaire au Québec et au Nouveau-Brunswick francophone », dans PLESSIS-BÉLAIR G., L. LAFONTAINE et R. BERGERON. La didactique du français oral au Québec. Recherches actuelles et applications dans les classes, Québec, Presses de l'Université du Québec, 2007, p. 199-240.

  • LAJOIE, M., et D. MASNY. « Le développement langagier et la littératie dans l'éducation préscolaire en milieu minoritaire ». Éducation et francophonie, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, vol. 22, no 3, 1994, p. 36-41.

  • LAMOUREUX, S. La construction identitaire au CSDECSO - état des lieux, Pain Court, Regroupement des directions d’écoles du Conseil scolaire de district des écoles catholiques du Sud-Ouest, le 17 septembre 2007.

  • LAMOUREUX, S. Mesurer l'impact des stages en construction identitaire au CSDECSO - réussite ! Pain Court, Regroupement des directions d'école du Conseil scolaire de district des écoles catholiques du Sud-Ouest, le 18 septembre 2007.

  • LANDRY, Rodrigue. « Éducation bilingue en situation minoritaire: pour une identité culturelle », dans OVARAK, Marta. Canada et bilinguisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 151-166.

  • LANDRY, Rodrigue. « Pour une pédagogie actualisante et communautarisante en milieu minoritaire francophone », dans ALLARD, R. Actes du colloque pancanadien sur la recherche en éducation en milieu francophone minoritaire: Bilan et prospectives, Québec et Moncton, Association canadienne d’éducation de langue française et Centre de recherche et de développement en éducation, 2003, p.135-156.

    Cet article présente une problématique du vécu minoritaire dans le but de mieux situer les défis et les actions du système éducatif dans son rôle de pierre angulaire du développement communautaire. Le système éducatif est considéré dans la perspective de sa double mission éducative, qui est de favoriser au maximum l'épanouissement du potentiel humain des membres de la communauté tout en contribuant à la continuité historique et à la vitalité ethnolinguistique de la communauté par une mobilisation des ressources humaines et institutionnelles. La pédagogie en milieu minoritaire se doit donc d'être à la fois actualisante et communautarisante. Cette vocation du système éducatif exige une prise en charge par la communauté de sa mission éducative et de son curriculum, lequel devient, par voie de conséquences, pédago-communautaire et dépasse les exigences traditionnelles du curriculum. Cet article expose les principaux éléments d'un curriculum pédago-communautaire et invite les intervenants et intervenantes en éducation à participer à l'élaboration d'un nouveau paradigme propre à une pédagogie en milieu francophone minoritaire.

    LANDRY, Rodrigue, et Réal ALLARD. « Contact des langues et développement bilingue : Un modèle macroscopique ». La Revue canadienne des langues vivantes, no 46, 1990, p. 527-553.

  • LANDRY, Rodrigue, et Réal ALLARD. « L'éducation dans la francophonie minoritaire », dans THÉRIAULT, Joseph Yvon. Francophonies minoritaires au Canada, l'état des lieux, Moncton, Éditions d'Acadie, 1999, p. 403-433.

  • LANDRY, Rodrigue, et Réal ALLARD. « L'exogamie et le maintien de deux langues et de deux cultures: le rôle de la francité familioscolaire ». Revue des sciences de l'éducation, no 13, 1997, p. 561-592.

    Les auteurs comparent le vécu langagier et le développement psycholangagier, en français et en anglais, de deux groupes d'élèves du secondaire vivant en milieu minoritaire francophone; il s'agit d'élèves issus de familles exogames francophones anglophones et d'élèves issus de couples endogames francophones. Les résultats montrent un vécu langagier nettement plus anglodominant chez les enfants des couples exogames, mais, lorsqu'on tient compte du degré de francité familioscolaire, l'exogamie n'est aucunement, ou fort peu, associée au développement psycholangagier des élèves. La francité familioscolaire, par contre, est fortement associée à ce développement. La recherche démontre la nécessité de distinguer entre l'exogamie comme structure familiale et l'exogamie comme dynamique sociale.

  • LANDRY, Rodrigue, Réal ALLARD et Kenneth DEVEAU. École et autonomie culturelle : Enquête pancanadienne en milieu scolaire francophone minoritaire. Moncton, Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques, 2009.

  • LANDRY, Rodrigue, Réal ALLARD, et Kenneth DEVEAU. Profil sociolangagier des élèves de 11e année des écoles de langue française de l’Ontario : Outil de réflexion sur les défis de l’aménagement linguistique en éducation, Moncton, Institut canadien de recherche sur les minorités, 2007.

  • LANDRY, Rodrigue, et autres. « Autodétermination du comportement langagier en milieu minoritaire: un modèle conceptuel », Francophonies d'Amérique, no 20, 2005, p. 63-78.

  • LANDRY, Rodrigue, et autres. « Identité ethnolinguistique, autodétermination et satisfaction de vie en contexte francophone minoritaire», Francophonies d’Amérique, no 28, 2009.

  • LANDRY, Rodrigue, Kenneth DEVEAU, et Réal ALLARD. « Langue publique et langue privée en milieu ethnolinguistique minoritaire : les relations avec le développement psycholangagier », Francophonies d’Amérique, no 22, 2006, p.167-184.

  • LANDRY, Rodrigue, et J.-F. RICHARD. « La pédagogie de la maîtrise des apprentissages: une invitation au dépassement de soi ». Éducation et francophonie, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, vol. 30, no 2, 2002.

  • LANDRY, Rodrigue, et S. ROUSSELLE. Éducation et droits collectifs. Au-delà de l'article 23 de la Charte, Moncton, Éditions de la francophonie, 2003.

  • LAPLANTE, B. « Des élèves de sixième année apprennent à parler des réactions chimiques, dans MASNY, D. La culture de l’écrit : Les défis à l’école et au foyer, Montréal, Éditions Logiques. 2001, p. 105-141.

  • LAPLANTE, B. « Enseigner en milieu minoritaire: histoires d'enseignantes oeuvrant dans les écoles fransaskoises ». Revue des sciences de l'éducation, vol. 27, no 1, 2001, p. 127-150.

  • LEMKE, J. Talking science: Language, learning and values. Norwood, NJ, Ablex, 1990.

  • LENTZ, François. « Apprendre le/en français en milieu minoritaire : quelques enjeux didactiques sur la langue », Actes du 9e colloque de l’Association internationale pour la recherche en didactique du français, AIRDF, Québec, 2004.

  • LENTZ, François et Danielle BÉRARD. « Apprendre en français langue première dans l’ouest et le Nord canadiens : État des lieux et prospective ». Actes du colloque des 24 et 25 mai 2007, tenu au Collège universitaire de Saint-Boniface, 2008.

  • LEVESQUE, Rino. École communautaire accréditée du Nouveau-Brunswick, l’implantation, école par école, d’une culture d’apprentissage autonome et d’entrepreneuriat conscient, 2008.

    Cette présentation établit l’intention de l’implantation des écoles communautaires : faire des citoyennes et citoyens plus ingénieux, plus créatifs, plus autonomes, plus entrepreneuriaux qui permettront le développement viable des communautés et de la province et créer de nouvelles alliances-écoles — famille — communauté.

  • LIN, A. Problematizing identity, New York, Lawrence Erlbaum Associates, 2008, p. 199-219.« Modernity, postmodernity and the future of « identity » : implications for educators ».

  • LOWE, Anne. « Intégration des arts au programme de français en milieu francophone minoritaire: bénéfices pour tous les apprenants et les apprenantes », Francophonies d'Amérique, no 18, 2004, p. 5-19.

  • MARTEL, Angeline. Droits, écoles et communautés en milieu minoritaire: 1986-2002, Analyse pour un aménagement du français par l'éducation, Ottawa, Commissariat aux langues officielles, 2001, 81 p.

  • MASNY, D. « Le développement de l’écrit en milieu de langue minoritaire : l’apport de la communication orale et des habiletés métalinguistiques », Éducation et francophonie, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, vol. 34, no 2, 2006, p. 126-149.

    Reconnaissant que différents facteurs langagiers peuvent jouer un rôle déterminant dans l’acquisition de la lecture et de l’écriture, un projet longitudinal de deux ans avec 35 élèves de maternelle et de 1ère année a été mené. Les variables étudiées sont: la communication orale, les habiletés métalinguistiques, la lecture et l’écriture. Les résultats de l’étude sont discutés en relation avec l’apprentissage de la langue, la réussite scolaire et l’éducation en milieu linguistique minoritaire.

  • MCLAUGHLIN, M., et G. DEVOOGD. « Critical literacy as comprehension: Expanding reader response », Journal of adolescent & adult literacy, vol. 48, no 1, 2004, p. 52-62.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU MANITOBA. Les arts au sein de l’éducation, ébauche de document de fondement, Winnipeg, MÉM, 2003, 15 p.

    Ce document avance que la culture artistique contribue au succès de l’apprentissage et enrichit la vie des élèves en tant qu’individus et en tant que membres de leur communauté locale et mondiale. L’apprentissage par l’intermédiaire des arts permet aux élèves de se servir de leur imagination et de leur créativité, encourage la pensée libre et non linéaire, et facilite la compréhension et la perception par la voie des sens.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU MANITOBA. Des pistes pour étudier le roman en classe, Français langue première 4e à 8e année. Supplément aux documents de mise en œuvre, Winnipeg, MEM, 2001, 108 p.

    Ce document est un outil conçu pour faciliter la tâche des enseignantes et enseignants dans l'étude du roman en classe. Il s'adresse aux enseignantes et enseignants de français de tous les niveaux qui veulent accompagner leurs élèves dans leur lecture et leur permettre de mieux comprendre ce genre littéraire.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU MANITOBA. Repenser l'évaluation en classe en fonction des buts visés. L'évaluation au service de l'apprentissage; l'évaluation en tant qu'apprentissage; l'évaluation de l'apprentissage, 2e édition, Winnipeg, Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba, 2006.

    L'accent mis sur les buts de l'évaluation, ainsi que le processus visant à faire de l'évaluation au service de l'apprentissage, de l'évaluation en tant qu'apprentissage et de l'évaluation de l'apprentissage des éléments distincts et reconnaissables de l'enseignement et du processus d'apprentissage, sont parmi les changements les plus marquants du domaine de l'éducation. Ils représentent un virage majeur dans notre façon de penser, car ils font envisager l'évaluation comme l'un des principaux éléments qui contribuent à l'amélioration de l'apprentissage pour tous les élèves. Ils sous-entendent des changements dans l'attitude mentale des éducateurs, des élèves, des parents et de la société.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU NOUVEAU-BRUNSWICK, Les écoles communautaires, Soyez au cœur de la réussite des enfants, Frédériction, MÉNB, 2008.

    Ce modèle d'école repose sur une alliance entre le personnel scolaire, les parents et toute la collectivité. Grâce à celle-ci, le milieu prend une part plus active à l'éducation des enfants, ce qui permet de redynamiser l'école et d'enrichir les apprentissages.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DU NOUVEAU-BRUNSWICK. Plan d’apprentissage de qualité : Énoncé de politique pour l’enseignement primaire et secondaire, Fredericton, MÉNB. 2003.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DE L’ONTARIO. Une approche culturelle de l’enseignement pour l’appropriation de la culture dans les écoles de langue française de l’Ontario, cadre d’orientation et d’intervention, Toronto, MÉO, 2009, 84 p.

  • Ce document établit le cadre d’orientation et d’intervention des initiatives des écoles de langue française pour l’appropriation de la culture francophone à des fins de réussite scolaire et de construction identitaire. Sa publication s’inscrit dans la foulée de la mise en œuvre de la Politique d’aménagement linguistique de l’Ontario pour l’éducation en langue française (Ministère de l’Éducation de l’Ontario, 2004) et recherche l’atteinte des résultats escomptés au niveau provincial : pour les élèves, la capacité accrue à acquérir les compétences en communication orale afin de maximiser l’apprentissage et la construction identitaire; pour le personnel scolaire, la capacité accrue d’oeuvrer en milieu minoritaire afin d’appuyer les apprentissages scolaires et le développement identitaire de chaque élève; pour le conseil scolaire, la capacité accrue à maintenir et à augmenter l’effectif scolaire afin de contribuer à la vitalité des écoles de langue française et de la communauté francophone.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DE L’ONTARIO. Créer des partenaires de l’éducation, Toronto, MÉO, 2005, 9 p.

    Un des minidocuments de discussion préparés pour la Table ronde de partenariat en éducation visant une vaste collecte d'observations sur l'orientation de l'éducation en Ontario.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DE L’ONTARIO. Énoncé de politique sur l’admission, l’accueil et l’accompagnement des élèves dans les écoles de langue française de l’Ontario, Toronto, MÉO, 2009, 52 p.

    Cet énoncé de politique découle de la Politique d’aménagement linguistique de l’Ontario pour l’éducation en langue française (MÉO 2004), qui encadre le développement d’une francophonie contemporaine dans une perspective interculturelle. Certains éléments compris dans l’énoncé viennent appuyer et clarifier, sans les modifier, des dispositions de plusieurs lois, règlements, et de certains programmes-cadres du curriculum de l’Ontario.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DE L’ONTARIO. Un personnel qui se distingue! Guide d’utilisation du profil d’enseignement et de leadership pour le personnel des écoles de langue française de l’Ontario, Toronto, MÉO, 2010, 53 p.

    Ce guide élabore un profil de compétences qui vise à fournir un cadre de référence ciblé, flexible et accessible pour le recrutement et la formation du personnel scolaire des écoles francophones de l’Ontario.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DE L’ONTARIO. Plan d’animation culturelle, Conseil scolaire de district des écoles catholiques du Sud-Ouest, Toronto, MÉO, 1999.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION DE L’ONTARIO. Pour l’avenir de la francophonie ontarienne, Toronto, MÉO, 2005.

  • MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION ET DE LA FORMATION DE L’ONTARIO. Investir dans l’animation culturelle, Guide d’intervention, Toronto, MÉO, 1994.

  • « Modernity, postmodernity and the future of « identity »: implications for educators », dans LIN, A. Problematizing identity, New York, Lawrence Erlbaum Associates, 2008, p.199-219.

  • PÉDAGOGIE CULTURELLE. Les fondements de la pédagogie culturelle (consulté le 16 mars 2010).

  • PENNAC, Daniel. Comme un roman, Paris, Éditions Gallimard, 1992, 197 p. (Folio)

    Essai de pédagogie active, lucide et enthousiasmant, du romancier et professeur de littérature dans un lycée français. Pennac relate son expérience, analyse ses pratiques pédagogiques et établit certains principes de base. Plaidoyer passionnant pour la défense de la lecture, ce livre est un appel à la liberté et aux droits du lecteur.

  • PÉRONNET, Louise. « Proposition d’un modèle pour une grammaire de la variation », Revue des sciences de l’éducation, vol. 23, no 3, 1997, p. 545-560.

    Cet article concerne le développement d'un outil qui soit capable de répondre aux besoins pédagogiques actuels dans le domaine de l'enseignement des langues, notamment en ce qui a trait à la pluralité des usages et touchant plus particulièrement les milieux minoritaires. L'outil proposé est une grammaire, appelée ici « grammaire de la variation », pour marquer l'orientation qui la caractérise. L'autrice définit ce genre de grammaire et en expose les principes linguistiques et pédagogiques. Elle présente enfin les grandes lignes d'une telle grammaire, sous la forme d'un modèle, présentation qu'elle appuie d'exemples concrets d'exercices.

  • PLESSIS-BÉLAIR, G., L. LAFONTAINE et R. BERGERON. La didactique du français oral au Québec. Recherches actuelles et applications dans les classes, Québec, Presses de l'Université du Québec, 2007, p. 1-42.

    « La didactique du français oral au Québec: un historique, quelques réflexions et des questions actuelles ».

  • REVUE LIAISON. L’éducation artistique, Vanier, Éditions l’Interligne, Automne 2003.

  • RIVARD, L. P., et S. STRAW. « The effect of talk and writing on learning science : An exploratory study », Science Education, no 84, 2000, p. 566-593.

  • TARDIF, J., et M.B. LOSIER. « La langue et la culture… Une combinaison gagnante! », Forum sur l’avenir de l’éducation de langue française de l’ACELF, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, 1997.

  • THÉBERGE, Mariette. « L’identité culturelle d’étudiants de la formation à l’enseignement : sentiments et référents identitaires », Revue des sciences de l’éducation de McGill, vol 33, no 3, 1998.

  • THÉBERGE, Raymond. « Francisation et l’éducation préscolaire », Éducation et francophonie, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, vol 20, no 2, 1992, p. 39-41.

  • THÉBERGE, Raymond, et Charlotte WALKTY. « Les défis de l’éducation préscolaire dans un milieu minoritaire », Éducation et francophonie, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, décembre 1994, p. 31-35.

  • THÉRIAULT, Joseph Yvon. De l’école de la nation aux écoles communautaires ou de l’école d’en haut à l’école d’en bas, Moncton, CRDE, Université de Moncton, 2000.

    La question de l'école constitue l'une des plus anciennes revendications des communautés francophones canadiennes vivant en situation minoritaire. Il est même permis d'affirmer que cette question a largement structuré leur être collectif. L'article qui suit pose la question de savoir si l'école que les communautés francophones canadiennes, vivant en situation minoritaire, ont acquise depuis les années 1960 - pour plusieurs d'entre elles uniquement après 1982, dans la foulée des retombées de l'article 23 de la Charte canadienne des droits et des libertés - est bien l'école qui était au coeur de leur revendication historique. L'hypothèse qui accompagne les réflexions sur l'école en milieu minoritaire veut que l'on soit passé de l'École de la nation aux écoles communautaires ou encore, peut-on dire, de l'école d'en haut à l'école d'en bas. Ce passage apparaît problématique au double regard des prétentions sociétales contenues dans l'identité de la francophonie nord-américaine et de la forme nationale par laquelle les francophones vivant en situation minoritaire visent à s'intégrer à la société canadienne dans son ensemble. L'analyse repose autant sur une lecture de l'histoire de l'école au Canada que sur les propositions récentes formulées en faveur d'une pédagogie minoritaire.

  • THÉRIAULT, Joseph Yvon. « Qui sommes « nous » en ce début du XXIe siècle? » Actes du 59e congrès annuel de l’ACELF, tenu à Moncton du 28 au 30 septembre 2006, Québec, Association canadienne d’éducation de langue française, 2006.

  • TOMLINSON, Carol Ann. La classe différenciée, Montréal, Éditions Chenelière, 2003, 144 p.

    Dans cet ouvrage, l'auteure fournit de nombreuses pistes d'intervention et établit de nouvelles bases pour un enseignement différencié dynamique. À partir de nombreux exemples vécus, elle explique comment et pourquoi mettre de l'avant une telle approche en salle de classe. La théorie est abondamment illustrée à l’aide d’exemples vécus en classe. Inspirée de ses 30 années d'expérience, l'auteure offre un outil complet et indispensable pour réussir ses premiers pas vers la classe différenciée. Les enseignantes et les enseignants du primaire et du secondaire peuvent y trouver une multitude de pistes d’intervention qui favorisent l’implantation d’un tel enseignement.

  • WELLINGTON, J., et J. OSBORNE. Language and literacy in science education, Buckingham, UK, Open university press, 2001.

  • WELLS, G., et G.L.CHANG-WELLS. Constructing knowledge together: Classrooms as centers of inquiry and literacy, Portsmouth, NH, Heinemann, 1992.